);

Château Bas

previous arrow
next arrow
Slider

 

Alors que j’arpente le dur et long chemin qui d’Avignon conduit à la lumière Aixoise,

j’aperçois l’écriteau “Château Bas”, dont le modeste adjectif ne suffit à éteindre ma curiosité et pour cause, la glose est redoutable : “vignoble et temple romain”…

Accueil charmant dans un caveau tout en pierre,

avec boutique (huiles d’olive, produits artisanaux, et vins), chai à barriques attenant et musée de vestiges romains.
Belle horizontale : 3 blancs, 3 rosés, 3 rouges, auxquels il convient d’ajouter les 3 “B”, petits nouveaux ne manquant ni de peps, ni d’originalité. Où le B fait ici de multiples références : Château Bas, vignoble Bio, monsieur et madame de Blanquet, les propriétaires…

1er blanc

(Alvernègue) tendu et salin ; rolle, grenache, clairette, uni blanc, sauvignon… Pour un résultat plaisant et tonique.

2ème blanc

(Pierres du Sud), profil sérieux et envoûtant ; le sauvignon montre son caractère floral sans exubérance, douces notes d’amandes, de frangipane.

Le 1er rosé

(Alvernègue) est typique ; mûr et coloré. Rosé de saignée (courte, la saignée) facile à boire.

Le second rosé

(Pierres du sud) est tout à fait dans l’ère du temps : clair et cristallin, vif et distingué. On tient là un grand classique du sud-est, consensuel dans le meilleur sens du terme.
Puis j’ai droit à un petit “interlude” ; les 3 “B” ! Récentes et insolites cuvées du domaine, sous l’impulsion du nouveau directeur.

Un “vin mousseux”,

qui n’a de peu attrayant que la désignation, car la bulle est aérienne et légère, rafraîchissante aussi, sans le sacrifier à une longueur respectable.

Le “B” rosé

est un Ovni (objet vinicole non identifié), à base de muscat petits grains. Vinifié en sec, je crains toujours de déguster ce cépage bouillonnant, impétueux. Bien souvent il est difficile de le canaliser, et son caractère énergique le fait basculer vers l’opulence ; pourtant ici il apparaît presque sage, et sa fraîcheur digeste est inattendue.

Enfin, la cuvée rouge

ne fait pas défaut aux “B” ; assemblage de grenache et marselan (cépage métis, issu d’un croisement de cabernet-sauvignon et grenache noir). Tanins un soupçon rustiques, mais jolis arômes de fruits rouges et… 11° d’alcool seulement!

Je termine la dégustation par les rouges.

Alvernègue”, “Pierres du Sud” et “Temple” sont respectivement plein, concentré, structuré et puissant. “Temple” en particulier, aura besoin de temps pour s’assagir.
Manquent à l’appel les cuvées “Temple” en blanc et en rosé, que je dégusterai lors de ma prochaine visite, afin de découvrir les nouveaux millésimes.

Puis je suis invité à faire le tour du château,

balade délectable dans les bois ensoleillés de Vernègues. De vestiges romains en splendeurs architecturales (château du 18ème siècle), mes yeux un instant redevenus enfantins, parcourent le site avec ravissement. Le temple (plus de 2000 ans !) parachève une matinée culturelle et gourmande ; recommandée à tous, petits et grands.

Lien vers le site de Château Bas

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier