);

Domaine Chante Cigale

previous arrow
next arrow
Slider

Le Domaine Chante Cigale

ferait mentir les anciens, les dogmatiques, les ignorants, ceux qui pensent encore (et il y en a !) que les bouteilles affublées de la mention “Chateauneuf-du-Pape” contiennent des vins puissants, chaleureux, entêtants…

Oh, mûrs, les raisins d’Alexandre Favier le sont, il n’y a aucun doute. Mais après vinification de main de maître par Jean-Yves Pomaret et consorts, les vins montrent une matière anoblie qui, loin de l’opulence fatigante, se révèle séductrice et énergisante.

50 hectares de vignes

composent un terroir pluriel. Syrah, grenaches, mourvèdres et quelques cinsaults pour les rouges ; roussanes, bourboulencs, grenaches et picpouls pour les blancs : les cépages historiques et classiques de l’appellation. Une promenade au milieu des parcelles me laisse à penser que les vignes sont choyées au Domaine Chante Cigale ; Alexandre Favier s’emploie avec amour et longueur de temps. Pas un pied ne manque à l’appel, d’aucuns savent que cela témoigne d’un travail de titan. Les gobelets (une taille caractéristique de la région) pour certains approchant le siècle, sont autant de preuves vivantes que chaque quartier, chaque are, chaque rangée et même chacune des liannes (la vigne est une lianne !) du domaine a sa chance d’exister, et contribuer à la qualité remarquable et régulière de la propriété.

La plongée dans le chai

est, comme toujours pour moi, un recueillement. Un instant doux et singulier, où l’apaisement et l’excitation se mêlent dans un assemblage séraphique. 

Les blancs sont tendres.

La pointe de sucrosité* en finale les rend parfaitement irrésistibles ; évidemment le Domaine Chante Cigale n’est pas le seul à produire des vins blancs riches, tactiles. Mais il est l’un des très rares à contrebalancer cette maturité par une acidité stimulante qui saisit les papilles et réveille l’enfant qui est en vous. Et l’enfant a bien des difficultés à s’arrêter lorsqu’il déguste des friandises…

Le Châteauneuf-du-Pape “classique” est d’une fraîcheur exquise ; une minéralité primesautière le distingue de ses voisins et rivaux. Mais alors “l’Extrait”… Là, on s’envole au-dessus des nuages, pour effleurer la quintessence du plaisir. Séveux, gras, tendu, complexe, et quelle longueur ! Oui, c’est peut-être sa longueur qui achève de convaincre de son pedigree. 

Les rouges sont soyeux,

ils “pinotent” ! Parfois certains grenaches présentent quelque cousinerie avec les nobles pinots nuitons ; c’est le cas au Domaine Chante Cigale ! Trois cuvées sont élaborées en rouge : la “classique”, modèle de jus et de gourmandise ; les “Vieilles Vignes“, concentré mais élégant ; enfin “Extrait“, comme en blanc. Et lui aussi est hors norme… Les vieux mourvèdres n’y sont pas étrangers. Capiteux, charnu, corsé ; alors que j’ose le qualificatif de “animal”, je suis (gentiment) réprimandé par Jean-Yves Pomaret, oenologue de son état, et dégustateur éclairé: il préfère le mot “sauvageon”. Et bien. Je valide ! D’autant que la série “Game of Thrones”  nous offre une actualité au suspense insoutenable en ce moment même… J’ajouterai cependant qu’on a affaire à un grand de Châteauneuf-du-Pape, prêt à traverser le temps avec bonheur et grâce.

Conclusion ?

Les vins du Domaine Chante Cigale sont parmi l’élite du sud ; gageons qu’on n’a pas fini d’entendre parler d’eux…

*les vins sont secs, bien entendu; mais comprenez qu’ils sont si mûrs qu’ils en paraissent délicieusement sucrés

Lien vers le site du Domaine Chante Cigale  

Domaine Chante Cigale
Oeuf Ciment
Domaine Chante Cigale
Taille en Gobelet
Domaine Chante Cigale
Cuves Inox
Vignes et Ventoux
Domaine Chante Cigale
Chai à Barriques

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier